Ensemble
aujourd’hui pour le numérique de demain.

Directeur de projets numériques depuis plus de 10 ans, j’accompagne les entreprises et les marques dans la définition et la mise en œuvre de leurs projets. En agences ou au sein des marques et entreprises, je coordonne l’ensemble des équipes avec un souci d’efficacité pour donner vie à des projets numériques de qualité et durables.

Au travers de mes expériences, j’ai côtoyé l’évolution des besoins, des progrès technologiques et de l’accélération de la demande, mais aussi et surtout, des déviances de ce nouveau monde numérique. Obésité numérique, exploitation abusive des données personnelles et de nos biais cognitifs, suivi agressif, manipulation de l’information, cyberattaques, surconsommation énergétique, … sont les faces cachées de ce monde virtuel aux problèmes pourtant bien réels.

L’industrie numérique est l’industrie la plus gourmande en ressources (métaux, eau, énergie, …) et occupe une place significative dans le dérèglement climatique. C’est pourquoi, aujourd’hui, je m’efforce de vouloir consacrer mon temps et mon énergie aux actions numériques qui s’inscrivent dans une démarche plus engagée, plus solidaire et durable. Je ne suis pas parfait, si tant est que ce soit possible, mais je suis conscient des efforts à faire et déterminé à changer les choses pour tendre vers une certaine sobriété numérique. Croissance aveugle guidée par le profit versus développement plus responsable et éthique : c’est maintenant que nous devons choisir. Et surtout agir.

L’enjeu est crucial pour l’avenir du numérique. Ensemble, nous pouvons réussir à mieux exploiter de façon raisonnée et raisonnable la puissance du numérique.

Pour en savoir plus : l’empreinte environnementale du numérique mondiale (PDF accessible, 13 pages, 289 Ko).

Construire un monde numérique durable, responsable et de confiance au service des idées à impact positif.

Le numérique a mauvaise presse. Pourtant c’est un outil précieux dans la transmission et la diffusion de messages à impact positif. Depuis maintenant quelques années plusieurs acteurs se sont rendus compte qu’un #reset est nécessaire et que la construction du numérique de demain doit être basée sur de nouvelles aspirations. Cela s’applique à tous les niveaux : de l’optimisation des consommations des serveurs, à la pertinence du développement des innovations technologiques.

Le numérique doit être au service de l’avenir. La transition écologique, dont le monde a besoin, peut être portée et soutenue par le numérique. Au-delà d’une simple optimisation, nous devons reconsidérer l’essence même de l’utilisation du numérique. En tant que simple outil, il nous incombe de définir la manière dont nous devons l’utiliser.

Imaginer des solutions éco-conçues pour allier performance et diminution des consommations en ressources.

L’évolution et l’amélioration continue des solutions numériques sont essentielles mais elles doivent s’inscrire dans une démarche globale visant à améliorer l’écosystème dans son ensemble. Évaluer la pertinence environnementale du développement de certaines solutions semble devenir nécessaire. La décroissance s’applique aussi au numérique.

Produire de façon plus pertinente.

Réfléchir en amont aux besoins réels et utiles permet de limiter le développement de fonctionnalités fantasmées. Ces extensions n’apportent au final que peu d’utilité et sont pourtant très gourmandes en ressources. Certaines innovations présentent un intérêt et un potentiel certain, d’autres beaucoup moins.

L’enjeu du numérique de demain est de construire un système plus résilient où l’approche systémique est à prendre en compte à chaque étape des développements. L’éco-conception doit prendre en considération l’ensemble de la chaîne nécessaire au bon fonctionnement de la solution numérique : datacenter, service de télécoms, terminaux, …
Prendre le temps de définir les besoins essentiels garantira au final un meilleur usage de la solution numérique et apportera la fierté d’avoir acquis une certaine sobriété numérique.

Opter pour des choix technologiques adaptés.

Sélectionner les technologies et langages de programmation adaptés aux besoins améliore considérablement les performances nécessaires et de facto entraine une diminution de la consommation des ressources. À quoi bon utiliser un CMS lourd et énergivore si ce n’est pour mettre à jour son site qu’une fois par an ? Le choix technologique des solutions numériques devient un choix sociétal. La mise en place d’une méthodologie pour analyser la pertinence énergétique des projets numériques est nécessaire.

En appliquant des bonnes pratiques pour éco-concevoir les services numériques, on peut diviser par 10 la puissance nécessaire au fonctionnement du matériel informatique (et jusqu’à plus de 1300 pour la bande passante). C’est un bon moyen de rallonger la durée de vie des terminaux utilisateurs comme des serveurs. Au-delà de la dimension environnementale, la conception responsable des services numériques vise aussi à les rendre moins coûteux et de meilleure qualité.

Informer et sensibiliser.

Informer et sensibiliser les utilisateurs sur la performance environnementale de l’utilisation des solutions permettra de progressivement généraliser la production de solutions éco-conçues et de mieux consommer le numérique.

Concevoir des solutions numériques accessibles à tous.

Le numérique a cette dualité de rapprocher les communautés, mais aussi de les éloigner. Principalement expliqués par une exclusion dès le départ, certaines personnes sont perdues dans ce méandre technologique. Le monde numérique devient la nouvelle réalité mais sans proposer d’alternative concrète aux personnes qui ne peuvent en tirer tous les bénéfices. Nos ancêtres se sentent particulièrement exclus et démunis quand certaines actions se font uniquement en ligne et que plus personne n’est disponible In Real Life pour les aiguiller. Construire le monde numérique de demain c’est aussi prendre conscience que tout ne se passe pas uniquement en ligne.

Accessibilité.

Aujourd’hui, principalement considérée comme une ligne supplémentaire contraignante dans les devis, l’accessibilité des solutions numériques est pourtant indispensable pour certains utilisateurs. Offrir un monde numérique accessible à tous est crucial pour permettre un accès égal à l’information. Qu’ils soient visuels, auditifs, moteurs ou même mentaux les différents types de handicaps doivent être pris en compte dans la conception des solutions numériques. Proposer un site facilement accessible et utilisable est bénéfique aussi pour les internautes ne souffrant d’aucun handicap.

Réduire la fracture numérique.

Qu’elle soit générationnelle, sociale ou culturelle, la fracture numérique se creuse à travers le monde. Accentuées par la pandémie de la COVID-19, les inégalités d’accès au numérique lors des confinements ont mis en avant certaines disparités. La transformation numérique de l’ensemble des secteurs (services publiques, éducation, …) met en lumière la grande variation de l’utilisation du numérique, autant au niveau des infrastructures, du matériel que des compétences.

Pour réduire ce fossé, nous devons donner à chacun les moyens d’améliorer leurs connaissances, leurs compétences et favoriser un accès à tous aux outils numériques sans distinction de génération et de milieu social.

Expérience progressive.

La quête du meilleur réseau (fibre, 5G, …) et de la bande passante disponible s’est embarquée dans une course effrénée sans point d’arrêt possible. Oui, mais pourquoi ? Nous produisons des solutions de plus en plus riches, de plus en plus lourdes, mais avons-nous réellement besoin de consommer systématiquement autant de données ? D’autant plus, que même aujourd’hui, nous ne sommes pas tous égaux face à l’accès à un réseau fiable et performant.

Pour réduire les inégalités et favoriser des solutions numériques accessibles à tous, quel que soit l’infrastructure réseau, il est nécessaire de démocratiser les expériences progressives. Cette approche permet de proposer aux utilisateurs une solution évolutive qui garantie un accès à l’essentiel de l’information. Elle laisse le choix à l’utilisateur de bénéficier d’une expérience plus immersive si ses conditions techniques le lui permettent. En inversant le concept de proposer une “expérience améliorée” et non pas une “expérience dégradée”, nous replaçons au cœur de la conception des solutions numériques la quête de l’essentiel. C’est le moyen de permettre au plus grand nombre d’accéder à un niveau d’information égal tout en réduisant nos consommations.

La connaissance et l’action comme vecteur de rassemblement.

Créer une intelligence humaine, créative et collective répartie à travers le monde qui œuvre en ce sens est le défi de cette décennie. Construire quelque chose de commun sans se laisser détourner des intérêts personnels de chacun est difficile.

Seuls, c’est impossible.
En collectif, ça devient possible
” – Fing.

Savoir s’entourer pour aller plus loin.

Le changement des consciences ne peut s’opérer que grâce à l’information et à l’éducation. En se réappropriant le discours et en œuvrant pour défendre un numérique moins gourmand, nous pourrons renverser la tendance de notre actuel monde numérique frugal.

Le chantier est vaste tellement le numérique est aujourd’hui au cœur de chaque système qui compose notre vie. Pensez au numérique de demain, c’est finalement repenser la conception même de notre monde et réorienter le chemin emprunté de la consommation vers des futurs plus souhaitables. Pour y arriver, nous ne serons jamais trop nombreux.

À propos

Nicolas Matrat

Directeur de projets numériques au sein de l’agence unflux, je vous accompagne dans la coordination de vos projets numériques à impact environnemental et social faible. Ensemble, construisons des projets dont nous pourrons être fiers.

Compétences.

  • Analyse des besoins des utilisateurs
  • Définition de la ou des solutions adaptées
  • Animateur des ateliers de co-création
  • Analyse et anticipation des risques
  • Catalyseur du démarrage projet
  • Suivi et pilotage projets
  • Garant du contrôle qualité

Ce site n’est pas parfait et il est amélioré en continu dans le but de réduire au maximum son impact environnemental.
N’hésitez pas à me partager vos idées d’amélioration.